Le camp de Schirmeck-Vorbrück 

    Le camp de Schirmeck ne doit pas être confondu avec le camp du Struthof. 



Bâtiment d'entrée du camp de « rééducation » de Schirmeck (état actuel)

     Dès juillet 1940, les nazis installent à Vorbrück (nom de La Broque  germanisé), juste à côté de Schirmeck, un camp de sécurité (Sicherungslager ) et de « rééducation » (Erziehungslager ). Il est en effet destiné à accueillir des  Alsaciens francophiles ou  refusant la nazification menée par le Gauleiter  Robert Wagner, chef de l'administration civile en Alsace et dans le Pays de Bade.    

    Le camp est entouré d'un double réseau de barbelés. Cette enceinte n'est pas sous tension, contrairement à celle du Struthof, mais elle est éclairée la nuit et pourvue d'une zone de sécurité. Très peu de prisonniers ont réussi à s'échapper.

    Contrairement au Struthof,  les prisonniers quittent le camp une fois leur peine purgée.

    Les  prisonniers du  camp de Schirmeck-Vorbrück participent aux travaux de construction du camp de Struthof.

   L'essentiel du camp a été détruit en janvier 1968 par les bulldozers. Il n'en subsiste plus que le bâtiment d'entrée, sur lequel est posée la plaque commémorative.



Retour


Atelier de motivation de classes de 3e du collège Frison Roche 2006-2007       Directeur de  publication : M Altan ONDEMIR
Pour en savoir plus sur le sujet:  http://www.memorial-alsace-moselle.comhttp://www.cheminsdememoire.gouv.frhttp://crdp.ac-reims.frhttp://www.chemin-europe-memoire.org